Street Hypnose

hypnose-de-rue

Depuis quelques années le phénomène Street Hypnose a débarqué en France.

L’idée : Initier le quidam à la transe hypnotique, lui faire rencontrer son inconscient, rire avec lui et non de lui, dédramatiser l’hypnose, faire connaitre celle-ci…

L’hypnose c’est quoi ?

messmerPour schématiser un peu, on connait l’hypnose le plus souvent par deux approches qui se complètent ou s’opposent selon les avis :

L’hypnose de spectacle (en ce moment je vous conseille vivement d’aller voir Messmer le fascinateur) ou l’hypnotiseur se met en position haute, « vous êtes en mon pouvoir » « Dormez, je le veux », il prend l’ascendant sur le spectateur et le plus souvent amuse le public au détriment de l’hypnotisé qui se retrouve dans des situations parfois ridicule.
L’hypnose thérapeutique, ou l’hypnotiseur est plutôt en position basse, « allongez-vous, relaxez-vous, imaginez que vous êtes dans un endroit agréable… » et les suggestions s’enchainent pour traiter une phobie, une addiction, un trouble ou une maladie etc…

Et l’hypnose de rue ?

Mais à mi-chemin entre le divertissement et la thérapie, une nouvelle approche est née. L’hypnose de rue. Suite à une présentation rapide visant à rassurer son auditoire, l’hypnotiseur, par l’utilisation d’exercices simples, permet au volontaire d’expérimenter la transe hypnotique, sans enjeu, juste pour le plaisir de saluer son inconscient et de découvrir ce qu’est réellement l’hypnose. Au cours de ses séances il va se laisser guider dans le jeu entre son inconscient et l’hypnotiseur : oublier son prénom, se retrouver les pieds collés au sol, se mettre à parler dans une langue inconnue ou encore voir les passants avec des têtes de schtroumpf, et au réveil, les témoignages sont souvent les mêmes, sensation de relaxation intense, bien-être général et surtout la fameuse phrase « mais je n’étais pas endormi, j’entendais tout et je me souviens de tout… ».

Alors à quoi ça sert me direz-vous ?

Et bien pour le volontaire, il apprend à décrypter ce phénomène, à l’apprivoiser et surtout à réaliser que l’hypnose, ça existe. Généralement, si l’expérience lui a plu, cela pourra lui permettre de faire le pas pour aller voir un hypno thérapeute si il a des choses à régler, ou même à se lancer à faire de l’auto hypnose (et oui, on peut le faire tout seul).

Et pour l’hypnotiseur, l’objectif est multiple : s’entrainer, améliorer sa technique, tester de nouvelles suggestions, mais aussi avoir un échange avec l’hypnotisé, un retour d’expérience, un feedback. En effet quand je suis en spectacle, je n’ai pas souvent la possibilité d’échanger avec les spectateurs, de savoir ce qui a bien marché ou moins bien, en spectacle il faut être rapide, efficace, on ne peut pas « tester » une nouvelle approche. Et le problème de l’hypnose contrairement à la magie, on ne peut pas s’entrainer devant sa glace !

Donc si vous voulez partir à la rencontre de votre inconscient et de son pouvoir immense, ou si vous voulez pratiquer l’hypnose de rue, une petite recherche sur Internet et vous verrez que vous n’êtes pas seul et que ce soit à Bordeaux, Toulouse, Paris ou autre part, le phénomène Street Hypnose est partout.

Pour en savoir plus sur ce phénomène : https://www.facebook.com/Hypnose2RueBordeaux 

Un grand merci au rédacteur de cet article Romain Pawlak

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *